FORMATION A LA BIODYNAMIE – DV01 – Embryologie et ostéopathie

Acompte : 150,00

Durée :
2 jours

Date :
Vendredi 20 Septembre 2019 et Samedi 21 Septembre 2019

Intervenant(s) :
Dr Patrick JOUHAUD

Coût de la formation :
400€
Programme de la formation :
Le docteur Patrick Jouhaud nous transmet son approche méthodologique du
processus thérapeutique ostéopathique.
« Transformer le toucher pour libérer les mouvements de vie… »

 

Par cette formation complète à la Biodynamie Ostéopathique en 4 stages de 2 jours

Retrouver le rythme et les équilibres de l’embryon dans les tissus d’aujourd’hui, et utiliser ce nouvel outil thérapeutique.

La synthèse est faite entre le tissulaire et l’approche biodynamique…à la recherche de la cause.

La synthèse est faite entre le tissulaire et l’approche biodynamique…à la recherche de la cause.

La synthèse est faite entre le tissulaire et l’approche biodynamique…à la recherche de la cause.

Objectifs de la formation :

Retrouver le rythme et les équilibres de l’embryon dans les tissus d’aujourd’hui, et utiliser ce nouvel outil thérapeutique.

L’embryologie et l’ostéopathie ont en commun le fait d’utiliser une notion de globalité (espace et temps).
L’anatomie du nourrisson est plus proche de celle de l’embryon que de celle de l’adulte, celle de l’adulte est dans la continuité de cette base initiale.
L’embryon se déplace et croît dans cette globalité, dans le Tout.
La biomécanique de l’embryon est celle des champs métaboliques, perçus par le toucher ostéopathique.
Notre apprentissage en ostéopathie nous guide vers un geste diagnostic et thérapeutique.
Ce geste peut devenir une recette comme il peut être réinventé à chaque fois. Cette réinvention est générée par une intention.

L’embryologie apporte une dynamique de compréhension de l’ostéopathie.
Elle décrit des mouvements perçus par nos mains en rapport avec la croissance qui est une inspire permanente.
Au-delà de la respiration primaire, elle exprime la réalité des champs métaboliques de croissance.
Ce mécanisme de croissance est sous l’influence de facteurs environnementaux.

La compréhension de l’embryologie par son approche biodynamique permet de faire le lien entre les facteurs environnementaux et les forces qui s’induisent, se freinent, se bloquent, reprennent, glissent …, les unes les autres avec comme résultantes forme, structure, fonction.
L’embryon se développe sur son axe céphalo-caudal alors que la différenciation cellulaire a permis à l’une d’entre elle de se polariser et de générer la formation d’une morula qui s’organise et débute une croissance sur cet axe.
Un embryon se construit alors en forme de ballon, l’ensemble des cellules se regroupant à la périphérie.
La cellule mère guide la croissance en plicature (flexion) et en allongement, tout en perforant la morula, ce qui permet la transformation de la forme de ballon en forme de beignet allongé percé d’un trou.
Ce mécanisme de croissance est une flexion sur l’axe céphalo-caudal. Il suit l’axe de la notochorde.
Le mouvement de flexion, est associé concomitamment à un mouvement de rotation externe.
Ce mouvement permet l’organisation des tissus mésodermiques, endodermiques et ectodermiques. Ils agencent leur répartition dans les différents tissus fonctionnels du corps embryonnaire, puis du corps de l’enfant et de l’adulte.

Le mouvement majeur de la croissance (flexion permanente et inexorable associé à la rotation externe), est sous la dépendance des mouvements mineurs perçus par notre toucher ostéopathique.
Ils s’inscrivent dans des champs tissulaires pourvus de mouvements liquidiens.
Ces mouvements sont décrits comme des perceptions de champs tissulaires animés de mouvements inhérents à une organisation cellulaire et à sa croissance.
Ces « chants » sont écoutés par des mains sans intention de faire.
Les champs métaboliques de croissance sont décrits en détail dans les ouvrages d’embryologie et dans les cours de biodynamie.

Les facteurs environnementaux (type de fécondation, maladie métabolique, maladie infectieuse, charge émotionnelle parentale, charge émotionnelle ancestrale, morbidité, …) induisent des stress qui font partie d’un domaine appelé épigénétique.
Le lien embryologie et ostéopathie, permet de prendre en compte l’approche ostéopathique comme tissulaire.

L’eau est un tissu.
De ce fait le premier objectif est d’établir un neutre ou une cohérence dans la globalité du patient, dans celle du thérapeute, contacter le champ fluidique, attendre, ne rien faire, attendre.
Une bascule automatique des forces thérapeutiques vient relâcher toutes les densités (os, membrane, fluide).
Le placement consiste à se mettre au centre des tissus en étant à la fois spectateur et acteur afin de considérer le corps vivant comme un embryon jusqu’à l’instant de la mort cellulaire.

 

 

 

 

 

 

 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “FORMATION A LA BIODYNAMIE – DV01 – Embryologie et ostéopathie”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *